Introduction et notions de base

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email

 1.Introduction.

Le mode le plus ancien est bien sûr la CW. Vers les années 1850, le fait de faire du tout ou rien comme signaux sur une ligne de télégraphe pouvait déjà s’apparenter à du mode digital. La fermeture et l’ouverture par le biais d’un manipulateur correspondait a des 1 et 0 de logique digitale.

D’après le Handbook ARRL, l’époque de la dernière guerre fut le début du RTTY ou Radio TeleTYpe. On signale l’utilisation de vieux terminaux électromécanique par les amateurs Approximativement de 1946 à 1977. Début années 80 les ancêtres des pc firent leur apparition (TRS 80, ZX 81, Apple 2 etc…). Pour ceux qui ont connu cette glorieuse époque le dernier cris c’était d’avoir un décodeur TONO qui déchiffrait le morse, le RTTY et l’AMTOR.

Il y avait aussi dans la revue MEGAHERTZ des pages et des pages de programme en BASIC. Pour les amateurs de RTTY, l’avènement de l’informatique grand publique fut bien sur une aubaine. Fini les terminaux bruyants, fini, le gaspillage de kilomètres de papier (on appelait ces engins des téléscripteurs).

N’oublions pas entre-temps la furie du PACKET radio qui embrasa nos bandes !

Années 90, les programmes sous DOS apportèrent un changement significatif : on créé des messages tout faits, genre de texte à trous, plus nécessaire de taper en direct, la machine "usine à contact" est lancée ! Très pratique pour les contests, entre temps des programmes de log (enregistrement des contacts) font leur début. La SSTV par pc arrive également avec des programmes sous DOS JVFAX EZ_SSTV. Cette dernière est en régression pour l’instant (victime de son succès trop rapide ?)

Vers 1996, la perle du digit vient au monde : le PSK 31. On commence à trouver facilement les meilleurs programmes qui tournent sous WINDOWS et même certains sous LINUX.

Il existe des programmes all in one (qui font tout : MIX WIN win par exemple ). Le packet 300 bauds est encore pratiqué en déca et le 1200 bauds vers les 144.900 Mhz. Des interlinks sont possibles vers ou venant du 70 cm. En 70 cm et plus le packet 9600 Bauds est utilisé, la bande passante étant plus large la vitesse de transmission peut-être augmentée; le peu de monde qu’il y a encore en 70 cm ne gêne nullement les amateurs de packet !

Lorsque l’on écoute les bandes décamétriques à l’heure actuelle, les valeurs sures en digit restent Le PSK31 et RTTY, les autres comme MFSK et HELLS sont pratiqués par des gens qui aiment faire autre chose de temps en temps, on retrouve sur ces modes à l’occasion les « enragés» du PSK 31 et du RTTY. Quant aux anciens passionnés de la SSTV, ils migrent également en mode PSK et RTTY. On retrouve en digit également des opérateurs CW qui, par plaisir, à l’occasion viennent faire quelques contacts. L’inverse est vrai également des opérateurs « only digit »découvrent ou redécouvrent les joies de la CW.

Voilà pour conclure ce bref rappel, si vous êtes amateur de contact longue distance, de petites puissance, si vos antennes ne sont pas assez perfomante efficaces pour faire des contacts longues distances en phonie, le digital vous ouvre ses portes !
Si vous êtes nul en Anglais question accent, essayez l’écriture, ça va tout seul ! Si vous êtes un opérateur CW, les abréviations sont les mêmes, vous ne serez pas perdu ! Si vous en avez des contacts radio (QSO) stériles en phonie, voici de quoi redonner vie à votre station. Le digit est également une aide précieuse pour les gens malentendants. Soyez les bienvenus dans les modes digitaux !

 

2. Notions de base.


Un BIT = 1 fil qui a la valeur logique 1 ou 0

Un OCTET : "8 fils" c'est à dire 256 combinaisons

00000000
00000001
00000010
00000011
etc…

Un BAUDS = un bit par seconde.

45 bauds est la vitesse de transmission standardisée en émission amateur RTTY
45 bauds cela fait à peu près 60 mots par minute

MODEM : Combinaison des mots modulateur-démodulateur

BAUDOT : C’est un code télégraphique.

Un caractère(lettre chiffre ponctuation) est représenté par 5 impulsions.
Entre chaque caractère il y a un pulse « start » et un « stop ».

AFSK : Audio frequency shift keying

FSK : Frequency Shift Keying

WPM : Mots par minute

Un mot est assimilé à 5 caractères(lettre chiffre ponctuation).

La vitesse est donnée par le nombre approximatif de combinaisons de 5 lettres + l'espace transmis en séquence continue en format start stop sur un temps de une minute.

 

3. Le code ASCII.

 

Acronyme de American national Standard Code for Information Interchange.

 

A découvrir ci dessous une superbe collection de fichier audio permettant un bon inventaire des modes numériques :

Commentaires récents