PACTOR

Version imprimableVersion imprimableSend by emailSend by email

1. Introduction

PACTOR (PT), spécialement désigné pour du trafic sur des fréquences bruyantes(QRM)et avec des signaux fluctuants. PACTOR est un système semi-duplex amélioré ARQ synchrone, combinant la fiabilité du PR  packet radio avec le temps de trames fixes de AMTOR.


2. Caractéristiques principales

PACTOR comprend toutes les importantes caractéristiques de  AMTOR ou  PR             
Temps de trames fixe et synchro totale pour assurer un maximum de vitesse de transmission

* Bande passante inférieure à 600 HZ
* Compatible 100 % ASCII (data réel  de transmission binaire)
* Probabilité très faible de non détection d’erreur (16 bit CRC)
* Pas d’utilisateurs multiples sur un canal à bande passante étroite
* Mise en œuvre peu coûteuse carte électronique basée sur un µp Z80
* Confort d’utilisation (construit avec un système de stockage des messages)
* Mode écoute (monitoring)
* FEC-mode (CQ- transmissions etc.)
Comme nouveautés voici certains points :
* Mode de cohérence optimale:système horloges verrouillé sur des fréquences standard (e DCF77, signal deflection TV et autre transmission broadcast de précision)
* compression data en ligne  (codage Huffman)
* changement automatique de vitesse (100/200 baud) sans perte de synchronisation
* acquisition totale de la liaison  (pas de temps d’arrêt d’émission requis )
* mémoire  ARQ (le packet  mêlé a du bruit QRM peut-être restitué)
 

3. Détails

a) Timing

La structure de base d’une transmission PT est similaire à AMTOR; blocks (packets) contenant des informations data qui sont acquittés  par des signaux de contrôle brefs :    short control signals (CS) envoyés par la station réceptrice. les niveaux décalés sont inversés à chaque cycle afin d’appuyer la mémoire  ARQ (voir ci dessous). Dès lors que décalage de polarité est clairement  défini au temps de synchronisation, les conventions concernant  'mark/space' deviennent obsolètes.
*  Durée du cycle : 1.25 sec
* packets : 0.96 sec = 192 (96) bits at 200 (100) baud
* signal de contrôle: 0.12 sec = 12 bits, chaque bit dure 10 msec
* CS- blanc de réception  : 0.29 sec
Le changement de vitesse de  transmission  altère seulement la structure interne packet; tous les autres paramètres de timing restent constants.

b) Packet

Structure générale  packet:
/header/..20 (8) data bytes at 200 (100) baud../status/CRC/CRC/
header (rubrique): ce byte rend possible une  synchronisation rapide et donne une  information auxiliaire (memory ARQ, listen mode :mode écoute) 
data : arbitrary binary information
status : system control byte (2 bit packet number, tx-mode, break-in request, QRT)
CRC : 16 bit cyclic redundancy (répétition cyclique)check based on CCITT polynomial X^16+x^12+x^5+1, calculated over the entire packet (except header)

C) Control Signals (Cs)

4 CS utilisés . C’est un compromis entre fiabilité et détection rapide , un  CS long de 12 bit fut choisi.
CS1: 4D5     CS2: AB2      CS3: 34B      CS4: D2C (all hex numbers, LSB right) (nombres en hexadécimal)
La distance »mutual Hamming « est de  8 bit, minimise la chance de recevoir un faux  CS.         CS1/2 and CS3/4 forment des paires symétriques .CS1..3 a la même fonction que sa partie compteur AMTOR ; CS4 sert au contrôle de changement de vitesse. En  contraste  avec AMTOR, CS3 est transmis au début de changement spécial de  packet (voir en dessous).
 

4. Opérations Pactor

La station appelante ('master') envoie des packets spéciaux de  synchronisation: /head (100 bd)/..address (8 bytes, 100 bd)../..address (8bytes, 100 bd) Normalement, le récepteur utilise seulement la section 100-baud- pour accomplir une synchronisation rapide. La section 200-baud- fourni une information additionnelle  à propos de la “propreté de la fréquence: si c’est reçu correctement, le premier CS sera CS4, sinon  CS1 est envoyé. Après avoir synchronisé  CS4 ou CS1, le master continuera  avec l’envoi respectif d’un data packets à 200 ou 100 bauds. Le premier caractère transmis contient  le »system level number » (PACTOR software-version), suivit par l’adresse principale “master address” (callsign).

5. Changement de la direction de transmissionOpérations Pactor.

Similaire  à  AMTOR, la station réceptrice(RX) peut  changer la direction de transmission quand elle a reçu un packet valide. A ce propos un changement spécial de packet est transmis démarrant au moment du CS. La station émettrice(TX) va basculer en mode RX immédiatement  après réception du CS3qui forme la première section du changement de packet. Alors il lit dans le reste de ce packet et transmet  un  CS (CS1 et CS3 = acquittement, CS2 = rejet) dépendant des 3 derniers bytes du packet considéré. Pour contraindre un break, le TX met le “ BK-status-bit” (ceci correspond à  AMTOR '+ ?').
 

6.  Changement de vitesse.
 

La diminution de vitesse est utile en condition HF pauvre ou un taux d’entrée de data faible (exemple : taper le data au clavier), ces 2 possibilités sont  traitées de façon différente.
 

a) diminution de vitesse

Le RX peut demander une diminution de vitesse après une mauvaise réception de packet par émission du CS4, avec action immédiate sur le TX qui transmet à 100-bauds( toute information 200 baud non conforme est répétée à basse vitesse).

b) augmentationde vitesse

Tout packet valide peut-être confirmé par CS4, forçant ainsi une augmentation de la vitesse de transmission (TX speedup). Au  cas ou l’augmentation de vitesse suivante n’est pas acquittée après 3 fois , l’émission va diminuer automatiquement de vitesse (plus de détails, se référer à  'PT-Handbook' by WAA Research Group).


7. Réalisation d'un contrat Pactor.

Couper une liaison ARQ pause le problème que l’ information a été transmise sans acquittement final (Second théorème WAA). PT applique des packets spéciaux  QRT, solution  plutôt  efficace. Ces packets contiennent un bit QRT actif et l’ adresse RX en ordre inversé de byte(cas basse vitesse). Si cette adresse est trouvée pendant la procédure de synchronisation standby, Le RX répond avec une transmission unique  CS final (Ces relations de timing avant le stby sont en mémoire). Cette méthode garantira toujours un QRT bien défini.
 

8. Compression DATA.

Une analyse des caractères de textes typiques anglais et allemand montre que la somme moyenne d’ information par caractère n’excède pas 4 bits. Pour cette raison, les transmissions de texte ASCII comportent souvent une redondance de 50%, qui peuvent être évité par usage de longueur variable de code assorti à la distribution des caractères. l’exemple populaire comme code c’est le code Morse; le mode compression data PACTOR applique le codage Huffman avec quasiment l’efficacité optimum, rendement jusque 100% de gain de vitesse. Chaque packet contient un groupe de  data compressé; la longueur de codage des caractères varie de 2 à 15 bits.
 

9. Mémoire ARQ.

En système ARQ conventionnel  le TX  doit répéter un  packet jusqu’au  moment ou il sera reçu exempt d’erreur. La probabilité de recevoir un packet complet diminue fortement avec un rapport signal/bruit plus bas . La seule façon de maintenir le  contact dans ce cas est de raccourcir la longueur du packet et/ou appliquer un code correction erreur qui réduit grandement la vitesse maximum de trafic quand  les conditions sont bonnes. La méthode choisie par le groupe de recherche WAA est d’additionner des  échantillons de bit de packets ultérieurement  et de tester la valeur moyenne  (réduite  à une décision 0/1).Pour garder une quantité faible d’erreurs, les échantillons sont pris à la sortie du filtre passe bas du  démodulateur -FSK au moyen  d’un convertisseur AD 8-bit .Cette accumulation de méthodes – est aussi connue comme « 'memory ARQ »'En outre, depuis que les  shift levels sont inversés  à chaque  transmission, des signaux interférents constants  au travers du filtre passe bande du récepteur n’ affectera pas la valeur moyenne résultante. Pour prévenir une  accumulation de packets anciens, la rubrique(header) est inversée avec chaque nouvelle information packet, servant ainsi comme indicateur   RQ ( test de similarité).
 

10. Mode écoute (Monitor)

Le récepteur recherche des packets valides qui sont détectés par concordance  CRC . Cette  méthode  est choisie pour  assurer un maximum flexibilité, quoiqu’elle consomme une quantité considérable de capacité disponible du CPU.
11) PACTOR –II
Aspects pratiques
Taux de dépôt et symbole
Dépôt (Throughput  en anglais)
Le dépôt de texte utilisable  est spécifié en caractère par seconde (CPS) ou mots par minute(WPM).
Text Throughput (WPM) = CPS x 60 / letters per word
 Symbole L’élément de base d’une transmission dans n’importe quel mode de data est le symbole.
Dans beaucoup de mode, chaque symbole implique un « 1 » ou un « 0 ».
Le taux de symbole est toujours mesuré en baud(symbole/sec),la réciproque de durée du  symbole.

Tous les nouveaux modes donneraient des améliorations significatives par rapport aux système existants, qui ne doivent pas seulement référer à un critère de maximum de dépôt et de robustesse. Des autres attributs de base comme la bande passante demandent et précision et compatibilité aux standards existants ceci doit-être aussi pris en considération.
La modulation et l’encodage qui donnent un taux de dépôt élevé ex :16DESK souffrent normalement d’un manque de robustesse. C’est pourquoi on utilise des modes digitaux adaptés, qui appliquent différentes méthodes de modulation et d’encodage dépendant de la qualité du canal(fréquence HF utilisée).Changer uniquement le taux de symbole mène uniquement à une petite adaptation et a comme résultat des variations de bande passante.
Pour ne pas interférer des canaux adjacents, la bande passante devrait idéalement rester la même en ne considérant pas une transmission de data  robuste ou rapide.
 Les filtres 500 HZ CW sont commodes à utiliser en PACTOR II.. Pour prévenir un éventuel  débordement dans les canaux adjacents, Les filtres 500 HZ sont très utilisé à cause de l’espace restreint entre les boites »e mail » en onde courte. On ne dépasse pas 500 HZ de bande passante. Pour un résultat optimum, un maximum de déviations de  fréquence similaire au mode FSK serait toléré. Ceci oblige à utiliser un puissant système de détection qui permet d’établir une liaison dont la déviation est supérieure à plus ou moins 80 HZ. PACTOR II est complètement compatible avec les standards PACTOR courants, de préférence avec une commutation automatique pour prévenir une défaillance  précoce du QSO .
PACTOR II  l est complètement compatible avec les standards PACTOR courants si
l’initialisation de la liaison a été faite en FSK.Si les 2 stations sont compatibles PT 2 ,une commutation automatique se produit.
Le protocole de base PACTOR utilise un système  DESK 2 tons, formant des impulsions élevées qui réduisent la bande passante à moins de 500 HZ . Le taux  de transfert maximum de data est de 800 bits par seconde. A cause  de l’amélioration de la compression de data en ligne, on peut obtenir un transfert de plus de 1200 bits par seconde. PACTOR II est le mode digital le plus rapide en onde courte .PACTOR II est aussi de loin le mode digital le plus robuste, qui permet une liaison en condition HF pauvre alors que tous les autres modes sont défaillants. En comparaison avec le FSK courant,le standard PACTOR inclus la mémoire analogue ARQ qui était le mode le mode digital le plus robuste avant l’expansion de PT 2.
 En comparaison avec le standard  FSK  PACTOR courant ,  PACTOR II  peut aller jusque 8 db de gain en robustesse.
Comme le standard courant FSK PACTOR ,PACTOR II est aussi un semi duplex  synchronisé sans aucune convention de mark et space.
On l’utilise aussi bien en USB qu’en LSB.
L’activation de la liaison est encore réalisée  avec le protocole PACTOR I ,pour une compatibilité avec les stations encore équipée en PT 1 ,si les 2 stations sont compatibles PT 2,
une commutation automatique se produit vers le niveau le plus élevé PT 2.
Le protocole PACTOR II est similaire à PACTOR  I :la rubrique, un champs de data variable ,le byte de statut et le CRC.La durée cyclique du standard ne diffère pas du FSK.
Similaire à PACTOR I, les signaux de tonalité (tone) PACTOR II sont espacés de 200 HZ  Leur fréquences peuvent être définies librement au pas de 1 KHZ par les commandes du programme, aussi longtemps que le décalage reste à la valeur de 200 HZ. Ceci peut facilement commuter  entre les tones haut et bas et ajuster n’importe quelle demande de tone pair. Ceci permet l’utilisation de filtre CW à bande étroite dans tous les transceivers qui ont l’option d’activer les filtres correspondants en mode SSB.En système PACTOR II  l’information transférée est échangée d’un canal tonalité (tone) vers l’autre canal au cours de chaque cycle Au contraire  du système FSK,la liaison n’est pas bloqué lorsqu’un fort QRM de bande passante étroite couvre complètement un canal(exemple :porteuse CW).La vitesse maximale est seulement réduite.
Les systèmes habituels FSK avec des conventions mark space et sans mémoire ARQ vont faillir car même si un mode «space-only » est appliqué, le signal le plus fort est automatiquement choisi.. Ceci entraîne toujours la coupure de la liaison si le QRM est plus fort que le signal  utile, dans le cas présent PACTOR II  donne un mode écoute compréhensible, qui est plus robuste que dans PACTOR car la courte rubrique (header) a été reçue correctement, alors le puissant ERROR CONTROL CODING codage contrôle d’erreur peut-être pleinement utilisé. Les impulsions par erreur peuvent être corrigées aussi par monitoring de la  station et ceci n’affecte pas les performances.
Le seul problème  pour régler une station PACTOR c’est la variété des équipements disponibles :aucuns n’usant de connections compatibles !
Les câbles sont faits spécialement pour chaque installation !ceci est la première  grande source de problèmes, la deuxième source c’est de la résolution correcte de la fréquence de transmission.
On a besoins de 3 composants en PACTOR
-un transceiver +antenne
-un contrôleur de data ou contrôleur terminal ou TNC
-Un PC avec le programme approprié
Le contrôleur est la seule pièce spéciale de la station et est essentiellement un modem radio, similaire de conception au modem pour connections téléphonique des PC.
Le contrôleur génère le signal audio qui est envoyé vers l’émetteur et décode les signaux audio qui viennent de la partie réceptrice du transceiver.
Ainsi les connections primaire entre le contrôleur et la radio sont :
Les 2 signaux audio (entrant et sortant) + le PTT signal de commande de la radio en émission

TRANSCEIVERS
Les signaux de réception et d’émission sont similaires à la voix et la plupart des émetteurs modernes SSB font leur travail à merveille !
Idéalement, le signal venant du/ allant vers le contrôleur sera de niveau « line » 500 mv .
Signal à un connecteur arrière permettant à la radio de fonctionner soit en communication
Vocale(phonie) ou digitale. Certains anciens transceivers n’ont pas de connecteur et il faut
donc utiliser la prise du micro et celle du haut parleur .
Le niveau audio du haut-parleur doit être adapté: le bouton de volume  ne doit pas être mis au minimum
Le niveau d’attaque BF en émission NE DOIT PAS non plus être au MAXI  :risque de saturation.
Il y  a plusieures façon de régler les niveaux BF a partir du contrôleur.
La seconde étape c’est de transmettre la pleine puissance sans problèmes …
En pratique, certains vieux transceivers sont descendus à 25 watts ce qui est largement suffisant par bonne conditions HF .
2  autres problèmes relatifs au transceiver
-filtres
-TCXO

Un filtre à bande étroite (500HZ) peut être pratique pour réduire les interférences éventuelles, mais le contrôleur est très bon et sait  ignorer les interférences des signaux adjacents .
Le seul problème ce serait avec un signal adjacent beaucoup trop fort qui activerait l’AGC et celui-ci réduirait donc les signaux d’entrée.
Pas de panique, un filtre SSB est amplement suffisant !
Le TCXO est relatif à l’exactitude des oscillateurs à quartz des transceivers. Avec des signaux digitaux opérants avec un écart de seulement 200 HZ ,émettre et recevoir sur la fréquence correcte est un point important. Sans un « temperature controller crystal oscillator « TCXO, un transceiver amateur va dériver de 50 HZ et plus quand la température augmente. Cette dérive n’est pas assez conséquente  pour être détectable lors d’ une transmission phonie  en SSB. Mais pour une communication en digital oui .PACTOR fonctionnera 100 HZ à coté de la fréquence mais PACTOR II à moins de 50 HZ de la fréquence.
LE CONTROLEUR
Il y a sur le marché un grand nombre de contrôleurs ou TNC .les SCS PTC et Kantronics KAM+sont les plus populaires en utilisation mobile (et couramment les seuls supportés par AIRMAIL ) Ces deux ci sont de petite taille  et ont une consommation faible 0.3A sous 12V .
Le KAM + est une seconde génération de contrôleurs avec un simple micro contrôleur et des filtres programmables et donne un bon résultat avec tous les modes de base PACTOR inclus.
SCS PTC est un  contrôleur de 3 ième génération avec un  puissant DSP>(digital signal processor) .Tous les modes sont  supportés et aussi le nouveau PACTOR 2.
Le choix est économique, PACTOR II offre des connections plus rapides et robustes et a un prix plus élevé. il y a d’autres contrôleurs qui supportent PACTOR aussi comme le PK-232 et  MFJ-1278 
LE COMPUTER 
N’importe quel computer est bon !Même le plus simple  Les contrôleurs ont un réglage des commandes assez large !
Il y a des programmes qui tournent sous DOS  WINDOWS et  MAC.
On a besoin de 3 câbles
-câble data vers le PC
-câble audio vers la radio
-câble 12 V alimentation

la boite PACTOR II a un connecteur 9 pin femelle DB9 KAM a 25 pin DB 25 connecteur femelle  Le câble PK-232 est bizarre et doit être construit spécialement
Le câble audio aura 5 fils :
Transmission audio du contrôleur vers le transceiver
Réception audio du transceiver vers le contrôleur 
PTT push to talk
Ce câble doit être blindé et le blindage doit être en contact avec les 2 connecteurs extrêmes.
Si le transceiver a un connecteur accessoire (à l’arrière)l’utilisation de ce connecteur est hautement recommandée, sinon on utilise la prise micro.
Lorsque que le connecteur du panneau arrière est en service un jack accessoire fourni une tension qui permet de mettre hors service le microphone.

Le contrôleur PTC-II a comme connecteur 8 pin DIN  aussi tous les signaux intéressants sont r les pins de 1 à 5  un connecteur 5 pin DIN fonctionnera aussi .
Le repérage connections PTC-II
Pin 1
Transmit audio (TxD) du contrôleur vers l’émetteur
Pin 2
Ground (audio signal return) masse audio
Pin 3
Push-to-Talk (PTT), connecte la masse en émission
Pin 4
Receive audio (RxD) du récepteur vers le contrôleur
KAM repérage des connections:
Pin 1
Transmit audio (TxD) du contrôleur vers l’émetteur
Pin 2
Ground (audio signal return) masse audio
Pin 3
Push-to-Talk (PTT), connecte la masse en émission
Pin 6
Receive audio (RxD) du récepteur vers le contrôleur

 

NOTES A PROPOS DES INTERENCES  RFI  (radio frequency interference)
Un émetteur qui donne 100 watts, en mode digital génère un nombre de stries HF qui se visualisent au spectrum. Le contrôleur PK-232 est très sensible à la HF le PTC-II non.  Pour éviter ces problèmes, il faut donc des CABLES BLINDES et des MASSES correctes.Une PRISE DE TERRE est même vivement conseillée. Si les problèmes persistent, il faut impérativement diminuer la puissance d’émission !!!!!
La pose de ferrites autour des câbles du PC :souris clavier câble TNC est efficace contre les entrées de HF :ceci a déjà été signalé pour les autres modes digitaux mais c’est important !!!
GLOSSAIRE
Amtor
Le premier mode digital populaire qui inclus la liaison directe entre 2 stations avec data d’acquittement et un mode de recherche d’erreurs.
C’est le même mode que le mode commercial SITOR et est largement remplacé par PACTOR sur les bandes amateurs
APLink
Un anachronisme  de liaison Amtor/Packet , une boite “mail box” avec comme suport DOS programme écrit  par Vic Poor W5SMM e le prédécesseur de WinLink.
AX.25
Une  version du protocole X.25 adapté par les amateurs  pour le Packet radio VHF,qui permet a de  multiples stations de partager la même fréquence radio. Le data est interrompu en blocs, ou packets qui sont transmis et acquittés indépendamment .Le Packet radio AX.25  est quelquefois utilisé en 300 baud sur les bandes HF pas avec un certain succès .
Clove
Un protocole HF plus rapide developpé  par HAL communications, utilisant u encodage multiple-tone phase-shift. Des dépots effectifs sont similaires à  Pactor-II,  mais P-II est de loin le plus populaire.
DMB (See MBO)
Digital Mailbox – une station HF mailbox pour garder et rediffuser(FWD) des  messages, tournant sous WinLink software.
DSP
Digital Signal Processor,un micro processor pour processer des signaux analogiques. Les signaux sont convertis sous forme digitale  par un procédé mathématique de trasformation des variables avant d’être reconverti sous forme analogique.
FSK
Frequency Shift Keying. Une  simple méthode pour envoyer des informations digitales par radio, ou un"1" binaire est assigné a un tone et  un "0"à un second tone. Ces tones sont apellés "Mark" et "Space", et sont séparés de  200 hertz sur les bandes HF amateurs.
KAM
Un contrôleur multimode populaire fabriqué par  Kantronics. Le modèle courant est le KAM-plus (KAM+). Le KAM inclus tous les modes digitaux de base plus Pactor et  G-TOR, un protocole 300 baud prioritaire qui ne fut jamais adopté par les opérateurs  MBO.
MBO
Mailbox station – même que DMB . une station HF mailbox pour garder et rediffuser(FWD) des  messages, tournant sous WinLink software.
NetLink
Un programme  écrit par Jim Jennings W5EUT qui est une porte  ouverte entre WinLink MBO et Internet email.
Packet
(Voir  AX.25) Le protocole utilisé  par les stations digitales VHF/UHF. Beaucoup de stations HF opèrent en  Packet  300 baud, mais il n’est pas considéré comme fiable  (surtout pas par les partisans de PACTOR) et n’est pas supporté par  WinLink.
 Pactor
Pactor est un protocole radio digital développé par des amateurs allemands début années 80, permettant des communications plus rapides et plus fiables que Amtor. Le nom vient du Latin pour  "Mediator". Pactor opère à 100 or 200 baud dependant  des conditions,avec un dépot de plus de 18 caractères par seconde .
Pactor-II
Une version perfectionnée du protocole PACTOR d’origine, aussi désigné par SCS,le même groupe qui fit le protocole d’origine de PACTOR . Pactor-II est un système 2-tone phase-shift , et opère à un taux de base à partir de  100-800 baud dépendant des conditions. Le dépôt est de plus de 140 caractères  par seconde dépendant  des conditions.
PSK
Phase-shift keying, la méthode d’encodage utilisée par Pactor-II. Des fréquences multiples (tones) peuvent être utilisées pour transmettre  plus d’information, et la phase de chaque tone est décalée  pour encoder un  binaire  "1" ou "0".
PTC-II
Le contrôleur  Pactor-II  de SCS, un puissant  DSP- qui supporte aussi tous les modes digitaux de base (inclus météo fax).
RTTY
Radio Teletype. À l’origine prévu pour des teleprinters électro mécanique ,le  RTTY utilise généralement un code Baudot 5-bit  et opère aux alentours de 45 baud. Pas d’acquittement ni de vérification d’erreurs.
WinLink
Un  programme  Windows pour MBO qui permet simultanément  des opérations en VHF packet et HF Amtor, Pactor et Clover (avec  des contrôleurs appropriés ),avec stockage et rediffusion de messages. WinLink fut à l’origine écrit par Vic Poor W5SMM comme développement  de son  programme APLink (Amtor/Packet Link) , et a été réécris plus en profondeur et développé par  Hans Kessler N8PGR.
12) Le pactor III
PACTOR III est la génération suivante de mode de transmission data HF développé par SCS de  Hanau en Allemagne. SCS inventa le  PACTOR et en 1995 suivit le mode  PACTOR II . Les modes PACTOR I et  II sont supportés par PTC-II, PTC-II ,et PTC-IIpro modems construits par  by SCS. Tous PTC modems sont capables d’utiliser  PACTOR III via un software update. Cet update est disponible chez  SCS ou un agents SCS dans le monde  pour $150 USD.
PACTOR III n’est pas un nouveau modem ou hardware. Les modems PTC courant sont utilisables avec PACTOR III via software update.
Pour utiliser  PACTOR III  chaque station émettrice ou réceptrice doit supporter PACTOR III.
  (C) 2002 SCS GmbH & Co. KG,Hanau,Germany
PACTOR III utilise un canal vocal de 2.4khz ,et avec une liaison optimale , est 4 à 5 fois plus rapide que  PACTOR II .
PACTOR III applique  6 différents "niveaux de vitesses", dépendant des  conditions actuelles de signaux .la commutation entre les différents modesEst entièrement automatique
Pour ne pas induire d’erreurs dans les explications le tableau est laissé dans sa langue d’origine.  Les dernières explications sont aussi laissées

En anglais  afin d’éviter des traductions trop « fantaisistes »
Maximum occupied bandwidth: 2.4 kHz @ -40 dB, audio passband: 300-2700 Hz.
Maximum net throughput with online data compression: ca. 5200 Bit/sec.
Notice that the online data compression provided by the PTC modems is especially useful for applications which do not allow offline (file) compression, e.g. email via TCP/IP, etc. The PTC-II is the only HF modem on the market which offers efficient online data compression.
Link establishment: the calling modems uses the PACTOR I FSK connect frame to be compatible with the lowest (PT-I) level. The called modem then answers and the modems negotiate to the highest possible level both modems are capable of. If one modem is only capable of PACTOR II, then the 500Hz PACTOR II mode is used for the session. With the MYLevel command a user may limit a modems highest mode. An example: a user may set MYL to "1" and a PTC will only make a PACTOR I connection, set to "2" and PACTOR I and II connections are available, set to "3" and PACTOR I through III connections are enabled. The default MYL is set to "2" with standard firmware and with PACTOR III firmware it will be set to "3". If a user is only allowed to occupy a 500Hz channel, MYL can be set to "2" and the modem will behave like standard PACTOR II firmware.

SLV
NTO
PDR
NDR
CFR
SNR
1
2
200
76.8
1.9
*
2
6
600
247.5
2.6
*
3
14
1400
588.8
3.1
*
4
14
2800
1186.1
3.8
*
5
16
3200
2039.5
5.2
*
6
18
3600
2722.1
5.7
*

SLV
"Speedlevel", sub protocol level - adaptation fully automatic.
NTO
Number of tones (sub carriers) used on actual "Speedlevel".
PDR
Physical data rate, raw bit rate (Bit/sec) transferred on the physical protocol layer.
NDR
Net user data rate (without data compression) (Bit/sec). If PMC (automatic online data compression) is activated, multiply with factor 1.9 in case of text files.
CFR
Crestfactor, envelope power ratio, peak / average power (dB). If CFR is 3 dB, a 100 W SSB transmitter generates 50 W mean output power without signal clipping or limitting.
SNR
Required signal to noise ratio. * Depends on channel model. Measurements on the Ionospheric Simulator will follow. On an average channel, PACTOR-III is around 3.5 times faster than PACTOR-II. On good channels, the effective throughput ratio between PACTOR-III and PACTOR-II can exceed 5. PACTOR-III achieves slightly higher robustness on the low SNR edge compared to PACTOR-II.

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Type the characters you see in this picture.
Type the characters you see in the picture; if you can't read them, submit the form and a new image will be generated. Not case sensitive.  Switch to audio verification.

Commentaires récents